Pondération

Publicités

Itinérance

J’avais quelque chose de précis à vous dire. Je crois que ça concernait le livre qui s’en vient, ce blogue ou le taxi. Peut-être dans cet ordre, mais pas nécessairement. J’ai placé mes doigts sur le clavier et j’ai senti une impression bizarre m’envahir. Une envie de laisser les mots dériver vers d’autres contrées. Une envie de les sortir de ce cadre, une envie de les conduire ailleurs, une envie de les faire éclater. Un désir de renouveau. Une sorte d’espoir. Faut croire que c’est dans l’air, que c’est contagieux.

Abandonnant mon véhicule, j’écris sur l’accotement. Au milieu de la déroute, un taxi, là, nuit.

J’ignore mes klaxons de réprobation, j’ouvre les balises et donne à mes mots, leur besoin d’itinérance.

J’embraye sur l’automatique en ignorant où cela va me conduire.

Lâchée lousse, une première phrase s’échappe et me glisse entre les doigts. Une autre, sans chaînes, se libère et je la regarde filer sans intervenir. Dans un dérapage à peine contrôlé, une troisième fout le camp. J’ai à peine le temps de la formuler que la quatrième n’est déjà plus là.

J’en ai plein mon arrière-boutique de ces phrases en liberté.

Mais je ne me fais quand même pas d’illusions. Sans entraves, ces mots commencent déjà à se moquer de moi. Je les laisse partir en tout sens et déjà, ils prennent le large, s’enfuient, se cachent.

Derrière la remise en question, un gars rage.

Sans véhicule.

Je tome deux fatigue

Je ne suis pas las, mais pas tout à fait là.

J’aurais aimé vous raconter une anecdote qui vole au-dessus des nids de poules, des bancs de neige et des bris de conduite d’eau, mais je n’ai plus de jus.

Je viens de passer ces dernières semaines à peaufiner, corriger et finir d’écrire ce qui sera le Tome 2 d’Un Taxi la Nuit.

Je tombe de fatigue, mais je suis vraiment satisfait de ce que sera ce livre. Et je crois que vous le serez aussi…

Vous ne perdez rien pour attendre.

Moi j’m’en vais me coucher.