L’agent ne fait pas le bonheur

On sait que c’est vraiment le printemps quand les policiers sont de corvée de tickets. Avant qu’il ne se décide à sortir de sa van, j’ai eu le temps de prendre les papiers d’assurances et les enregistrements dans le coffre à gants, mon permis dans mon portefeuille et ma convention de garde dans le sac que je traîne toujours qui contient entre autres, mon livre de rues, des reçus d’extra et des petits sacs « au-cas-ou » 😉 Quand il arrive à côté de moi, mes documents sont prêts. Ça sauve du temps. Quand tu te fais coller à ce temps-ci de l’année, ça vaut pas trop la peine d’argumenter. Dans le fond il fait sa job…

– « C’mon monsieur l’agent c’était jaune !  »
– « C’était rouge, je vais vous demander votre permis de conduire , vos enreg.. »
– « Tiens. »
–  » Votre adresse c’est…
– « Toujours la même. »

Avec le temps on s’y fait. C’est sûr que ça fait chier de pogner un ticket mais bon, ça fait parti des risques du métier. J’admets qu’on nous donne un peu plus de ‘lousse », surtout sur la vitesse mais quand tu es toujours sur la route, les probabilités te rattrapent. Un stop ici, une lumière là, parfois ce sont aussi des contraventions reliées aux règlements du taxi. Comme faire monter un client trop près d’un poste d’attente, attendre ailleurs que sur un poste ! Par exemple, selon le règlement je n’ai pas le droit d’attendre devant un bar ! C’est à mes risques… On tombe aussi sur des maudits zélés. J’ai déjà eu un ticket pour voiture sale, les rues étant encore pleines de slush. Faut dire qu’il ne m’arrêtait pas pour ça à priori et qu’à fortiori je l’avais traité de « crisse de chien ». Pas la meilleure idée… 😉 Avec le temps j’ai changé ma technique. Je reste poli et prépare mes papiers. Ça me revient moins cher et parfois je m’en sauve. Pas ce soir par contre. $151 et 3 points de démérite. Une autre nuit de travail chez le diable. À ce prix là j’ose espérer qu’on va réussir à boucher une couple de nids-de-poule !

Taxi-blogues international

Quand j’arrête un peu de tourner en rond dans ma ville, je vais voir comment ça tourne ailleurs dans le monde. Cette nuit je me suis amusé à découvrir les blogues de confrères et consoeurs qui font le même ouvrage que moi. Voici un aperçu. Bon voyage…

Déplaçons-nous au sud vers la grosse pomme et ses milliers de taxis jaunes. Y’a deux blogues qui ont retenu mon attention. D’abord Taxi Hack avec lequel je me trouve quelques affinités. J’sais pas pourquoi? 😉 Je n’ai pas encore fait le tour de ses archives mais j’en ai bien l’intention. Cette chauffeuse nous offre de plus de bien belles photos. Dans ses liens, il y a un dossier sur le taxi New-yorkais réalisé par PBS. Vraiment intéressant.

Y’a aussi ce taximan qui n’écrit pas mais envoi les photos de ses déambulations dans Manhattan. Ces derniers jours, il semble avoir remis le compteur à zéro mais en consultant son profil je découvre qu’il va continuer son délire en quatre temps. IIIIIIIV. Ça me donne quelques idées…

À l’autre bout des « states » y’a cette chauffeure de San Jose, Californie qui nous offre un blogue pas mal bien foutu. Un peu trop ensoleillé à mon goût mais vraiment sympa et valant le coup d’oeil. N’oubliez pas la crème solaire. 😉
Un autre chauffeur qui n’a pas l’air de se faire chier, un policier à la retraite qui fait le métier à Mau’i, Hawaii… Y’a sûrement des places pires que ça. Me semble que je détesterais pas ça rouler là 😉

J’haïrais pas non plus me retrouver de ce bord là du globe. À Sydney, Australie. Y’a ce taximan blogueur qui tient la route depuis 2003. Je trouve génial la contraction qu’il a fait des termes cab et blog. Cablog ! Ça sonne bien dans mes oreilles. Au suivant !

On se retrouve en Europe avec une couple de blogues qui m’ont l’air des plus intéressants mais que je ne saurais vous dire de quoi il en retourne. Peut être y’a t-il un lecteur ici qui lit le néerlandais ou encore l’allemand ? Respectivement d’Amsterdam et de Francfort ces taxi-bloggeurs ont à mon instar l’air d’aimer ce qu’ils font.
Ensuite y’a ce vieux de la vieille qui tient ce cablog en provenance de la campagne quelque part dans le Royaume-Uni. Eminemment sympa.

De retour dans les Amériques, je suis tombé sur ce blogue d’un chauffeur brésilien . Mon portugais étant quelque peu limité, je n’ai pas réussi à déterminer dans quelle ville il oeuvrait mais je vais essayer de le contacter pour voir comment se porte son français 😉

Pour terminer y’a ces deux blogues qui sont très amusants. Ils ne sont pas écrits par des chauffeurs mais par des usagers de la « bête » 😉 Je trouve l’idée pas mal du tout ! Y’a d’abord ce mec à Singapour et cette femme à Washington DC qui nous écrivent tour à tour leurs aventures à bord de taxis. Ça vous donne des idées?

Douze Heures en Taxi

16h45 – Je vérifie l’auto, regarde si le gars de jour l’a bien remplie. M’assure que le dôme fonctionne bien et commence ma nuit. Je traverse rapidement la ville et me dirige vers le sud-ouest. Mon territoire de prédilection.

17h05 – Premier appel, de la rue Richardson jusqu’à l’aéroport PET. Beaucoup de trafic mais moins qu’à Bombay où s’en va mon client.

18h00 – De la Petite-Bourgogne jusqu’à la rue Duluth. 4 filles BCBG mi-vingtaine, souper de fête, conversations sur le linge et bitchage sur celles qu’elles vont rejoindre.

18h49 – De la cité du multimédia jusqu’à Montréal-Nord. Une jeune femme haïtienne le nez dans ses papiers. Jazz à la radio. Beaucoup de trafic sur Pie IX.

18h20 – Jean-Talon près de St-Michel jusqu’au métro Crémazie. Une esthéticienne qui vient d’avoir une journée record d’épilation de jambes. Le ménage du printemps bat son plein…

20h00 – De retour à St-Henri sur le stand Atwater & Notre-Dame (#74). Petite jase avec Normand. Pick-up jusque dans l’est près d’Honoré-Beaugrand. Un vieux gay sans conversation. Je subodore l’hétérophobie 😉

20h 45- Du poste 64 au coin de la Montagne & N-D jusqu’en haut de la côte sur Ste-Catherine. Un groupe d’indiens. Pas ceux de Bombay, les autres, les amers…

21h – Ma soeur m’appelle, elle est dans le Vieux-Montréal et sort d’une bouffe avec des chumettes. Je vais la chercher et la ramène chez-elle à Verdun. D’en bas je fais des ba-byes aux petits qui sont à la fenêtre.

21h 30 – Du #74 Un black qui deale sur son cell. Fast trip à NDG. En sortant il cherche son téléphone partout dans le taxi. Je lui demande son numéro pour le faire sonner. J’éclate de rire quand il se rends compte qu’il l’a dans sa main.

22h – Pause bouffe – Arrêt à l’appart’ – Grosse salade césar préfab et une boîte de thon + café(s)

23h- Après une demi-heure sur le #74. Une punkette direction le Roy Bar. J’vais prendre la 20 par la rue Green mais la voirie vient de fermer le tunnel. Détour dans le centre-ville, trop de trafic ce soir, la fille parle de linge avec une copine au téléphone. Il commence à mouiller. À la radio y’a American Woman à CHOM. La fille aime bien, je monte le son. Elle sort finalement St-Urbain & des Pins. Elle me donne un gros tip, il est 23h11 (11:11)

23h30 – je suis sur St-Paul. En avant des Deux Pierrots y’a une méchante file. Je m’arrête près de l’entrée, le gars qui s’occupe de la porte me regarde. Je lui dis qu’il a une belle queue ce soir. Des filles qui attendent dans la file la rient de bon coeur. Le doorman lui, ne rie pas. Je fais un clin d’oeil aux filles et repart.

23h45 – Trop de café j’arrête au Pétro-can au coin de Guy & N-D pour tirer une pisse et m’acheter une autre café…

00h01 – Je suis sur le poste de la rue Doré et attends comme un vrai crapet dans mon aquarium. La pluie fait monter des odeurs de marée basse et un requin me vole un client. J’ai des rapports de thon et je niaise sur ce poste, c’est une vraie joke. Le mois vient de changer et monte à mon bord un client muet comme une carpe. Il s’en va dans une poissonnerie de Côte-des-Neiges. 😉

00h40 – Du #74- Un appel sur St-Antoine. 4 jolies noires direction St-Laurent. Elle parlent un argot jamaïcain, je comprends rien.

00h58 – Rue Milton vers place d’Ârmes- Une fille et 3 mecs. Le rythme s’accélère, une courte course, pas autant que la jupe de la fille.

01h05 – Encore devant le Deux Pierrots, le doorman n’est plus là et sa queue n’est plus ce qu’elle était. 2 hommes me demandent de les amener au Quality Inn de la rue Grissom. La rue Grissom? C’est tu à Montréal ça? Heureusement l’un deux à une carte. Ah rue Crescent! 😉 Ils viennent du Témiscamingue (j’avais pas reconnu l’accent) et sont là pour la partie contre les Bruins. Go Habs Go..

01h25 – De l’auberge St-Gabriel jusqu’à Greenfield Park. Des jeunes qui sortent de leurs bal de finissants ! Déjà?! Hé bin… De retour sur le pont Champlain, j’écoute sur CIBL les deux colons (en quête d’irrigation) du Laboratoire du Docteur Dan. Pissant

02h15 – Du poste #59 (St-Laurent & N-D) deux belles grosses filles éméchées et pas reposantes direction Verdun. Chimique Donald… Obligé de me taper la file du comptoir à l’auto pour rassasier mes deux obèses qui n’ont vraiment pas besoins de ça ! Ouache.

02h30 – Sherbrooke et Bishop jusqu’à Vincent d’Indy et Édouard-Montpetit. Un étudiant à lunettes. Il n’a rien vu.

02h50 – Fly sur Bernard à L’Assommoir. Un confrère me vole mon client. Je le rapporte au superviseur mais embarque quand même un client qui s’en va sur Delorimier. Le gars chiale qu’il y a trop d’arabes qui font du taxi. Je lui réponds qu’il y en a la dedans qui aimeraient plus travailler dans un domaine dans lesquels ils sont diplômés et qualifiés mais qu’on ne leur accorde pas d’équivalence ici au Québec. Y’a des ingénieurs la dedans vous savez? Il me dit que lui même est ingénieur et me file 10$ sur une course de $9.85… Bref.

03h10 – Du Plateau jusqu’à Rosement une baba altermondialiste piercée me parle du trou dans la couche d’ozone.

03h20 – Re-Plateau, des extasiés jusqu’au Stéréo. Ils parlent tous en même temps. Quadrophonique…

03h35 – 4 jeunes folles du Sky Pub jusqu’à St-Laurent et Duluth. Ça déconne d’aplomb. Ça roule sur du techno et ça speede. Le mec assis à côté de moi mets sa main sur ma cuisse! Je lui dit qu’il n’est pas mon genre. « Ah non? C’est quoi ton genre? » Euh…. Féminin?!

03h46 – St-Laurent et Rachel, deux latinos direction NDG. Les deux sont bourrés et je les sens agressifs voire douteux. Une solution, être aussi dangereux qu’eux. Course débile, zigzags et vitesse sur fond hip-hop à CKUT. À la fin ils n’en reviennent pas et me donnent un gros pourboire.

04h05 – De retour dans le vieux pour voir ce qui reste. J’embarque le DJ de la Queue Leu Leu pour le Plateau. Au coin de Rivard et Mont-Royal, un cycliste s’est fait happer. Dehors les oiseaux commencent à chanter.

04h20 – Vais au garage payer l’auto. Je garde le taxi « single » en fin de semaine.

04h38 – Passe devant la Banquise sur Rachel. Un confrère me coupe, je lui rends la pareille, on course dangereusement le long de Parc Lafontaine. Il abandonne et tourne sur Cherrier. Rush d’adrénaline inutile et puéril. Je fais un dernier tour de ville. Ne reste que des taxis aux dômes allumés. J’ai ma dose.

04h55 – $47 d’essence….

05h10 – Je parque le taxi à ma porte. Le ciel commence à s’éclaircir. La nuit a été bien remplie. Une autre m’attends demain…