Je réclame !


J’sais pas si vous avez remarquez de quoi de différent dans le paysage montréalais cette semaine? On a éteint l’enseigne des Farines Fives Roses ! J’disais à ma coloc que c’était probablement pour une question d’entretien, qu’il devait y avoir quelques néons à changer. Pantoute ! J’viens d’apprendre qu’on veut carrément la démanteler ! Ça me rends triste, ça me met en christ, c’est comme si je venais d’apprendre qu’un vieux chum était condamné.

Évidemment c’est encore une histoire de cash, la grosse compagnie amerloque qui en est maintenant propriétaire ne voit pas l’intérêt. Ça doit coûter trop cher de courant, va savoir les maudites raisons qu’il vont trouver pour mettre ça à terre ! Vivement une pétition !

Pour moi cette publicité d’un autre âge était comme un phare éclairant la ville. Elle me manque et je la réclame !

La Vie Passe en Coup de Vent

Le gars allait peut-être chercher du lait au dépanneur ou peut-être qu’il en revenait. Il avait peut-être brûlé un stop plus tôt sur la route ou peut-être qu’il avait laissé passer une petite vieille à l’intersection d’avant. Il avait peut-être pensé passer ailleurs que sur Côte-des-Neiges, peut-être pas. Il allait peut-être rejoindre sa maîtresse ou peut-être qu’il venait de se faire crisser là par sa blonde. Il avait peut-être oublié de fermer ses fenêtres avant de partir, il se disait peut-être que c’était beau tous ces éclairs dans le ciel. Peut-être que tout allait bien dans sa vie. Peut-être qu’il a vu l’arbre s’abattre sur lui.

Pas le bon moment, pas le bon endroit… Quelles sont les probabilités de se faire écraser sur la route par un arbre qui tombe? S’il avait bien attaché ses lacets avant de partir, le destin aurait-il pris une autre tangente ? Est-ce qu’il existe vraiment un grand livre avec notre nom dedans?

A force de trop tourner en rond, je finis peut-être par me poser trop de questions ?

Entécas, profitons de la vie, on sait jamais…

Sergio le Frigo

Ça faisait quelques années que je n’avais pas travaillé un lundi et j’ai vite compris pourquoi. Après trois heures sur la route j’avais 15 piasses de fait ! Mais bon je m’énerve pas avec ça, j’vais sur le poste 74 jaser avec Normand, j’arrête à l’appart me faire une bonne bouffe, un bon café et je retourne sur le poste avec un vieux Série Noire que je voulais me retaper depuis longtemps : Nada de Jean-Patrick Manchette.

Les heures et les chapitres passent, ponctués par quelques clients qui ne vont jamais très loin. Alors que le complot se met en place et que les anarchistes sont sur le point de kidnapper l’ambassadeur américain à Paris, un skinhead s’installe sur la banquette à mes côtés.

– Peux-tu m’amener aux Foufounes Électriques man?
– Pas de trouble, y’a tu de quoi de spécial là à soir?
– Non, non mais mon chèque de B.S. vient de rentrer pis j’ai soif.

J’avais oublié que c’était le tournant du mois et qu’à cette heure-ci, le bonheur social se distribuait dans les guichets automatiques. Sur la route nous amenant au temple de l’alternatif montréalais, j’échange avec le rasé quelques histoires de beuveries foufounesques et lui demande s’il connaît Sergio un des doorman.

– Ouain yé correct. Lui au moins y’essayes pas de te casser un bras quand il te sort sul cul !
– Hahaha! Tout à fait lui.

J’ai connu Sergio lors d’une tournée avec le groupe français Molodoï dans lequel chantait l’ex-chanteur des Bérurier Noir. Ces derniers lors d’une tournée précédente avaient subit l’attaque d’un groupe de skinheads néo-nazi et pour des questions de sécurité, la petite maison de production pour laquelle je travaillais à l’époque avait fait appel à quelques armoires à glace pour dissuader ces crétins lobotomisés. Les Panaméens avait baptisé Sergio: Le frigo. Une froide évidence.

Dans une tournée avec un groupe rock, y’a toujours quelque chose qui cloche, qui accroche. Mais lors de celle-ci on aurait dit que tout tombait en place. La réponse des kids en région super bonne, y’avait une énergie et une magie que je n’ai jamais eu l’occasion de revivre. Mémorable. Sur l’album qui a suivi, Molodoï nous offrait la pièce « Au Québec » où il est question de « Nègres blancs d’Amérique » et de quelques individus dont entre autres : Sergio et un certain Léon sur lequel je tairai tout ! 😉

J’arrive donc devant les Foufs avec mon skin assoiffé à me remémorer ces souvenirs lorsque qui je n’aperçois pas sur le trottoir devant le bar?

– Hey! Sergio le frigo! Comment va?
– Hey salut mon Léon !
– Cybole ! Qu’est-ce tu fait encore icitte! Tu pourrais être le père de la plupart de tes clients !
– J’comprends! Pu moyen d’en sortir un dehors sans qui s’plaigne à la dpj !
– Hahaha. Tu fera attention à celui que j’viens de te dropper, y’a les bras sensibles.
– Ouain c’est un régulier, il connaît les marches par cœur. Pis toé quoi de neuf?
– Ben comme tu vois, toujours sua route. Y’a des affaires qui changent pas. Maudit que j’aimerais récupérer toute le cash que j’ai dépensé icitte!
– Héhé tu pourrais t’acheter un bungalow!
– Haha mais si t’embarquais on pourrait s’payer un triplex!
– Ouain un astie d’beau a part ça !

On a continué de délirer pendant quelques minutes. Quelques minutes chargées d’années. Échange de bons procédés parqué en double sens.

– Salut vieux! Fais attention à toi…