La saison des amours

Je tourne en rond nonchalamment, à l’affût d’un bras levé. La journée achève et je m’amuse à orienter le taxi de façon que je puisse sentir la chaleur du soleil sur mon visage. De ma fenêtre ouverte, je respire les parfums d’une nouvelle saison, j’écoute les bruits des rues de ma ville. Elles m’avaient manqué et je les redécouvre lentement sans trop pousser ma monture. C’est l’heure de pointe, mais y’a pas de rush, je laisse les bons temps rouler.

En trois semaines, il y’a plein de choses qui changent. Et je prends une bonne heure pour faire quelques tours de reconnaissance. Je réapprivoise mon territoire de chasse, prends mentalement note des nouveaux travaux, des nids de poules dangereux et tranquillement le « beat » revient. L’arrivée de la nouvelle saison est un bon temps de l’année pour les taximans. Le jour, le soleil réchauffe bien, mais dès qu’il se couche la température chute rapidement et le terme de chauffeur prend tout son sens.

L’arrivée du printemps en ville… Le linge tombe, les hormones volent bas, les jupes raccourcissent, l’attention monte, je lève le pied, les femmes sont tellement belles à Montréal. D’est en ouest, ça commence à sentir le sud et j’essaie de ne pas trop perdre le nord.

L’arrivée de la nouvelle saison est toujours remplie de belles promesses. La nature va bientôt reprendre ses droits et comme avant-goût, il n’y a qu’à voir les files d’attente devant les bars au beau milieu de la semaine pour se rendre compte que la saison des amours est bel et bien commencée.

Et pourquoi pas?

Dans cette vie où tout va trop vite et souvent trop croche. Pourquoi ne pas ralentir un peu et faire un beau détour dans les bras d’un être humain qui vous plaît? D’en respirer les parfums, d’en écouter les battements du coeur, d’en sentir la chaleur, de faire un bout de chemin ensemble, et de lui dire sans détour : Je t’aime.

Salut alékoume

V’là deux semaines, c’était pour la relâche scolaire, la semaine dernière pour le lancement, cette semaine parce que j’ai la crève, j’appelle encore une fois le patron pour lui dire que je ne travaillerai pas cette semaine. « Ben non boss, désolé, trouvez-vous un autre chauffeur » J’imagine déjà les sous-entendus. Ce n’est pas de ne pas louer son taxi qui l’embête, des chauffeurs, ce n’est pas ça qui manque. Non son « badtrip » vient du fait qu’il ne peut quitter le garage. Control freak à l’os, pas moyen de s’extirper de cet enfer encrassé de vieille huile sur fond de cour à scrap et de doléances de chauffeurs. Il a beau être propriétaire d’une flotte d’une trentaine de taxis dont chaque permis vaut 220 000 $, il reste esclave de son capital.

Je ne roule pas sur l’or, mais je n’ai pas de dette, pas de fil à la patte et j’ai fait le choix de ne pas me faire chier dans la vie. Mettons qu’en général, j’y arrive assez bien. Et je comprends que ça en frustre quelques-uns dans mon entourage immédiat. Dont mon boss.

Faique je suis là à attendre au bout du fil qu’il daigne me répondre quand j’entends la voix de Miloud le mécano.

— Hillo!
— Salut aléquoume Miloud c’est Léon!
— Qui? Je sais qu’il me niaise, mais je joue le jeu.
— Léon, Léon….
— Ah Lion? Mis kesse ti fais? On ti vois plus? T’es parti à Ouarzazate?
— Mais non chuis dans ton village natal d’Essaouira dans une cabane à sucre!

On rit tout les deux de bon coeur. J’ai passé une couple de semaines dans son bled il y a une vingtaine d’années. Je sais qu’il ne détesterait pas retourner y vivre. Pis à bien y penser, je ne détesterais pas ça non plus. Je ne manque jamais de lui raconter les aventures que j’y ai vécues en brodant ici et là. Lui est toujours content et encore plus quand je lui file une couple de piasses après qu’il ait « tchèqué » l’huile du cab. Échanges de bons procédés. Pas de putains d’accommodements raisonnables, juste du respect entre deux gars qui essaient de gagner leur vie…

– Peux-tu faire le message au boss que je ne rentre pas cette semaine?
– Ah lui qu’il aille chi….
– Ok Miloud choucrane pis salut alékoume!
– Salem alékoume mon Lion…
– Attention aux oreilles de christ!
– Hahahaha…

Mille mercis


J’ose espérer que ça ne vous dérangera pas trop que je délaisse le temps d’un billet mes aventures sur la route pour vous livrer mes impressions sur le lancement de vendredi?

Plus habitué aux feux de circulation qu’à ceux de la rampe, j’avoue que je commence à peine à m’en remettre. Quelle soirée! Les images se bousculent encore dans ma tête. Ces centaines de visages souriants, ces clins d’oeil complices, ces poignées de main bien senties, ces accolades chaleureuses, ces paroles d’appréciation, ces regards bienveillants. Que d’énergie, que d’émotions, que d’amour!

Quelle joie de discuter et de rencontrer des gens qui reconnaissent ton travail. Quel bonheur de partager avec eux quelques instants magiques. Quel plaisir de voir ces vieux amis pleins d’encouragements et de félicitations comme autant de caresses pour l’âme et le coeur. Mercis à eux, mercis à vous tous qui vous êtes déplacés pour cette occasion spéciale.

Quelques personnes m’ont demandé ce qui se passerait maintenant avec Un taxi la nuit le blogue. Certains se sont dits inquiets de le voir disparaître. Je vous rassure, ce carnet est là pour rester. Le passage à l’édition traditionnelle se veut évidemment pour moi un accomplissement inespéré. Mais Un taxi la nuit a toujours été pour moi un endroit privilégié pour venir m’exprimer. C’est mon exutoire, mon journal de bord et les amitiés et rencontres qui en découlent comptent beaucoup trop pour moi pour que je tire la « plogue  » Et pour tout dire, je ne crois pas qu’il se trouve beaucoup d’écrivains pouvant vivre de leur plume au Québec. Le taxi reste donc pour moi le meilleur moyen de payer mes comptes et le meilleur endroit pour m’inspirer des contes…

Côtoyant la nuit, ce passage dans la lumière a été des plus éblouissant. Mais pas au point d’en être aveuglé. Je reste les deux pieds sur terre, garde les choses en perspective et voilà quoi! Espérons que la route continuera quand même d’être bonne… Encore mille mercis! Sincèrement. Et courrez vite acheter ce chef-d’oeuvre! 😉

La photo a été prise par M. Jean-Marc Boivin alias Digit-Ized. Un grand merci à lui.

Quelques photos de la soirée prises par Pierre-Louis et Josée de l’équipe du Septentrion.

Un beau voyage…

Bien voilà nous y sommes. C’est le grand jour!

J’étais loin de me douter que la route d’Un taxi la nuit me ferait faire un aussi beau voyage…

Aujourd’hui, je ne peux faire autrement que de ressentir la satisfaction du travail accompli. Les gens qui ont oeuvré à la production du bouquin ont toute mon admiration. Objectivement et en toute modestie, je crois sincèrement qu’Un taxi la nuit le livre est un ouvrage qui vaut vraiment le détour.

Mais en ce jour, ce n’est pas de la fierté que je veux exprimer, mais ma gratitude. D’abord, envers les Éditions du Septentrion. Je l’ai dit et je le répète, c’est un beau cadeau que vous m’avez fait, merci beaucoup. Pourtant, le gros de mes remerciements, c’est à vous chers lecteurs, chères lectrices que je veux les offrir. Vous qui régulièrement venez mettre vos yeux sur mes mots, sur mes photos. Vous qui jour après jour m’offrez vos charmants commentaires qui sont autant d’encouragements à continuer d’écrire, autant de poussées dans le dos à mettre la barre toujours plus haute. C’est grâce à vous tous, qu’Un taxi la nuit passe du blogue au livre et en ce jour, c’est à vous que je pense.

Du fond de mon coeur, merci à vous. J’espère qu’ Un taxi la nuit vous fera faire également, un beau voyage… Bonne route!