La saison des amours

Je tourne en rond nonchalamment, à l’affût d’un bras levé. La journée achève et je m’amuse à orienter le taxi de façon que je puisse sentir la chaleur du soleil sur mon visage. De ma fenêtre ouverte, je respire les parfums d’une nouvelle saison, j’écoute les bruits des rues de ma ville. Elles m’avaient manqué et je les redécouvre lentement sans trop pousser ma monture. C’est l’heure de pointe, mais y’a pas de rush, je laisse les bons temps rouler.

En trois semaines, il y’a plein de choses qui changent. Et je prends une bonne heure pour faire quelques tours de reconnaissance. Je réapprivoise mon territoire de chasse, prends mentalement note des nouveaux travaux, des nids de poules dangereux et tranquillement le « beat » revient. L’arrivée de la nouvelle saison est un bon temps de l’année pour les taximans. Le jour, le soleil réchauffe bien, mais dès qu’il se couche la température chute rapidement et le terme de chauffeur prend tout son sens.

L’arrivée du printemps en ville… Le linge tombe, les hormones volent bas, les jupes raccourcissent, l’attention monte, je lève le pied, les femmes sont tellement belles à Montréal. D’est en ouest, ça commence à sentir le sud et j’essaie de ne pas trop perdre le nord.

L’arrivée de la nouvelle saison est toujours remplie de belles promesses. La nature va bientôt reprendre ses droits et comme avant-goût, il n’y a qu’à voir les files d’attente devant les bars au beau milieu de la semaine pour se rendre compte que la saison des amours est bel et bien commencée.

Et pourquoi pas?

Dans cette vie où tout va trop vite et souvent trop croche. Pourquoi ne pas ralentir un peu et faire un beau détour dans les bras d’un être humain qui vous plaît? D’en respirer les parfums, d’en écouter les battements du coeur, d’en sentir la chaleur, de faire un bout de chemin ensemble, et de lui dire sans détour : Je t’aime.

Publicités

26 réflexions sur “La saison des amours

  1. ouin…. c’est juste des impressions ou tu parles en connaissance de cause? by the way, aurais-tu quelqu’un à me présenter? moi aussi j’ai la fièvre du printemps. Mamali.

  2. Joli texte, comme très souvent. Je ne poste pas souvent, mais je suis un fidèle depuis quelques mois. Continue, tes textes me plaisent souvent et m’enchante de temps en temps comme celui ci ou celui sur la junkie à qui tu as juste souris et redonner quelques piève. J’habite de l’autrecôté de l’océan (à paris) mais je suis amoureux de votre belle province. Il faut que je pense à commander ton ouvrage sur le net, mais j’aimerai tellement l’acheter lors de ma prochaine visite à montréal…

  3. joli texte Léon ! Moi le printemps, j’ai envie de changer complètement de garde-robe. Cette année, les robes sont au rendez-vous.Je te souhaite tout le bonheur de ton monde…

  4. Pierre-LéonTu est mon soleil, tu réchauffe quotidiennement mon coeur, tu fleuri mes avant-midi, tu garni mes apès-midi,viens me chercher svp, on épuiseras ton compteur ensemble

  5. Oui, que la belle saison arrive, pour que l’on puisse aller prendre un verre sur une terrasse.J’ai acheté ton livre et l’ai dévoré rapidement. Je te félicite, l’achat en valait la peine.Je t’invite à un Yulblog virtuel, aujourd’hui jeudi, sur bon blogue.@ plus

  6. C’est vrai que ce texte est réjouissant. Mais pour l’écrire, faut aussi le ressentir. L’auteur serait-il prêt pour s’abandonner à quelqu’une … par hasard ? Le célibat lui pèse-t-il à ce point ? 🙂

  7. « trop vite et souvent tout croche »…quand un JE T’AIME peut arrêter le temps et faire perdre l’équilibre.C’est ça qui est vraiment important

  8. : ) c’est un texte merveilleux. De tous mes sens je la sent cette belle saison qui commence et avec tout mes espoir j’attends un moment propice pour chuchoter un « je t’aime ». J’espere que tu as trouve ce moment 😉

  9. Comme j’aimerais entendre ces mots a mon oreille..Mmm…JE T’AIME… comme ça sans prévoir la vie me l’apporteras..Je me suis laissé bercer par tes mots Pier-Léon qui continue encore a résonner même apres quelques minutes de lectures…merci…xox

  10. Contente de voir qu’on est plusieurs à te lire de ce côté de l’Atlantique.Quel beau texte. Et pour les nostalgiques de Montréal… Ouch… Ça fait presque mal tellement ça fait du bien.

  11. Travaillant dans un cégep, je doit dire qu’effectivement l’heure est au raccourcissement des jupes! Après avoir découvert la mauvaise nouvelle de Mère Indigne sur son blog, ça fait du bien d’avoir un texte comme celui-là sur le tiens. J’espère que tu ne feras pas comme elle et donner raison au dicton: les meilleurs partent les premiers….

  12. T’es vraiment maître de ta plume, ya pas de doutes. Comment as-tu fais pour la matter aussi bien?Merci chauffeur, tu viens de me rappeler l’ouverture de la saison des jupes. Attention les gars quand vous conduisez sur st-denis 😉 (Message à moi-même aussi :P)

  13. A peine revenu, tu nous sors déjà des vraies perles, entraînantes et complètement immersives. S’il était pas tard, je serais sorti…J’envie ta plume, et mon envie de faire un tour chez vous cet été a encore monté d’un cran: on sent que tu aimes ta ville, merci de la partager avec nous.

  14. Au lieu de regarder le femmes vous devriez regarder la route. L’autre jour, un de vos confrères taximan ma frôlé d’un pied avec sa machine infernale. Un peu de civisme et tout le monde y gagnerait. En particulier l’industrie du taxi dont l’image ne reflète nécessairement pas la beauté du printemps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s