Halte routière

L’été a enfin décidé de s’arrêter un peu avec nous et j’en profite pour poursuivre mes vacances allègrement. Je commence quand même à m’ennuyer de la job. Ce n’est pas que je sois complètement masochiste, mais quand t’as la route dans le sang, le manque se fait toujours un peu sentir. J’avoue que j’ai hâte de retourner faire du slalom entre les nids de poules et les viaducs qui s’effondrent (Han ? quoi ? Ça n’a pas commencé à s’effondrer ? Ben quoi ! On peut anticiper quand même ! ;-)) J’ai surtout hâte de voir la gueule que me fera le patron quand je reviendrai à la fin du mois prochain. Mais j’ai encore quelques semaines devant moi pour parfaire mon bronzage. La nuit reviendra prendre toute la place bien assez vite.

Je passe une partie de ces vacances en ville et comme activité principale, je prends de longues marches et vais m’asseoir dans les parcs publics de la ville avec un bon livre. Je dois quand même avouer que je ne lis pas comme je voudrais. Je passe plus de temps à m’imprégner de l’environnement dans lequel je me trouve. J’observe les gens qui passent. J’imagine leurs occupations, leurs préoccupations, je regarde les nuages danser dans le ciel, j’épie les petites bêtes, j’écoute les sons de Montréal, je respire ses effluves changeants, je prends mon temps, de vraies vacances quoi.

Aujourd’hui, je suis monté sur la Catherine pour jouer un peu au touriste, prendre quelques photos et m’arrêter dans quelques librairies. Je l’ai arpentée lentement, découvrant des détails qu’on ne voit pas nécessairement à bord d’une voiture. Mais ce que j’ai le plus aimé de cette petite marche, c’est de constater les airs de boeuf de mes confrères taximans. Juste assez éloquent pour que je poursuive encore un peu ces vacances sans trop de regrets.

Publicités

22 réflexions sur “Halte routière

  1. Allo Pierre-Léon,repose-toi bien. C’est sûrement bien mérité car ça ne doit pas être évident d’être taxi à Montréal. J’aime bien te lire, nous habitons présentement en Angleterre et te lire est comme si pendant quelques minutes j’étais de retour à la maison. C’est drôle des fois car autant que l’on veut partir visiter (ou habiter dans mon cas) des contrées lointaines dès qu’on est loin on se rend compte que notre « chez nous » nous manque…. même les viaducs. ;)Merci encore pour ton blogue,Hugo

  2. Les faces de boeuf,ce n’est pas particulier aux taximen mon cher P.L.Presque tous ceux et toutes celles qui doivent travailler très tôt le matin ont cet air là.Décidément le shift de nuit est beaucoup plus festif.

  3. Les airs de boeuf sont assez généralisé dans la rue. Tout le monde semble en maudit de se rendre où que ce soit, à pied comme en voiture.Personnellement, j’ai l’inconscience de sourire en marchant et je réalise que ça suscite toujours une lueur d’inquiétude dans le regard des gens que je croise.«Qu’est-ce qu’elle a, celle-là, avec son sourire imbécile. Elle se fout de ma gueule, ou quoi?»Chère société de paranos…Mel

  4. Ces petites sessions montréalaises d’observations ne cacheraient-elles pas une recherche de personnages à installer dans une intrigue potentielle ? Bon restant de vacances et bonnes inspirations.

  5. Je sens que ce temps d’arrêt vient nourrir votre imaginaire fertile, quelques belles histoires se dessinent déjà.Prenez du bon temps, absorbez tout comme une éponge, vous y gagnerez des moments de bonheur et nous aussi…

  6. La flânerie devient un mode de vie – prendre du temps pour soi, ralentir, sourire… adieu, faces de boeuf!Lire, marcher sans se presser, regarder autour de soi pour constater que la vie est belle.Le faire à l’année, un sourire aux lèvres, car, à quoi sert de courir, il suffit de partir à temps, non?Bonnes vacances à vous, hasta luego…

  7. Il fait bon de s’aérer les neurones de temps en temps, j’en ai profité assez de mon côté. Je ne sais pas si c’est comme moi, mais pendant ma semaine de vacances, j’en faisais le moins possible sur mon blogue…

  8. Bonjour Pierre Léon,C’est Geneviève qui m’a parlé de vous.Parait même que je me suis retrouvée une fois dans votre taxi!!Le monde est petit!!!Je viens de terminer votre livre,J’aurais bien aimé le déguster comme des smartizzzz ,lentement en gardant les rouges pour la fin…Mais non..En gloutonne que je suis je l’ai dévoré!!Merci pour cette dose d’histoires touchantes…Je l’offrirai à mes amis!!

  9. … un de vos collègues m’a fait un bon tour de taxi hier, mémorable (il faut que j’en avais besoin); rapide (sans trop), poli et discret comme je les aime! Il ne vous aurait pas fait honte celui là!Prendre des vacances, c’est si délicieux, je ferai la touriste à Montréal aussi; j’aime comme vous observer les autres et imaginer tout d’eux!À plus!

  10. Je viens comme il se doit vous remercier encore tous, toutes pour vos bons mots. C’est toujours apprécié…J’apprécie aussi les courriels concernant le bouquin. Gênez-vous pas pour embêter mon éditeur pour un volume 2 ;-)))Ah oui @ Urgences le matin, la catherine ça désigne l’artère commerciale principale du centre-ville. La rue Sainte Catherine… On dit surtout: Sainte-cath mais la Catherine, ça fait joli j’trouve… ;-)A+

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s