Prix des Libraires 2008

J’offre mes sincères félicitations au lauréat 2008 du prix des libraires, monsieur Rawi Hage pour son roman Parfum de poussière. J’ai appris que l’écrivain a été pendant quelque temps chauffeur de taxi à Montréal ! Comme quoi, les grands esprits se rencontrent. 😉 J’ai bien hâte de lire son ouvrage.

J’ai passé une soirée mémorable en compagnie de ma famille et de quelques amis dans lesquels j’inclus les gens des Éditions du Septentrion… Encore mercis à vous. Mon moment fort de la soirée fut sans aucun doute la lecture à trois voix du billet : 12 heures en taxi. Un beau cadeau offert par Catherine Trudeau, Serge Bonin et Hugo Turgeon accompagnés en musique par Benoît Rocheleau. J’ai cru entendre, qu’on a pris ce moment en images, je vous l’offre volontiers dès que je pourrai.

Pour le reste, de belles rencontres avec des amoureux des livres et des mots. Je salue au passage les libraires à qui j’ai serré la pince. Bon courage pour la prochaine cuvée…

Publicités

9 réflexions sur “Prix des Libraires 2008

  1. La mise en lecture de Un taxi la nuit était assez trépidante donnait la juste sensation d’une nuit en taxi. D’ailleurs, plusieurs rires se sont échappés des gorges jusque là serrées. Par contre, cet extrait n’a pas rendu la juste valeur de votre texte qui est beaucoup profond quand il brosse un tableau rapide d’une ou d’un client qui devienne un personnage.Évidemment, c’est un choix qui a été fait, somme toute valable car frappant et distrayant.Comme j’étais plutôt à l’arrière de cette salle assez sombre, je ne suis pas vraiment arrivé à vous repérer. Pas évident avec une mini photo à l’appui, donc je n’ai malheureusement pas pu vous saluer … je vous salue donc !

  2. Je cherche Killme (yeah), ça fait un moment (yeah baby) que je l’ai pas vu (roll over, yeah baby yeah) et je crains qu avec ses rhumatismes (yeah) il a pas pu se lever (baby) de sa chaise (yeaaaaaaaaaaah), je m inquiètes (yeah) beaucoup (yeah baby)

  3. Ah oui, j’oubliais, si ça vous tente de lire la version (la mienne !) d’une spectatrice sans l’adrénaline de celui qui est en compétition, je fais une rétrospective de la soirée sous forme d’anecdotes cocasses sur Le Passe-Mot de Venise.

  4. Eh, je cherche partout killme (yeah), vous ne l auriez pas vu (yeah baby yeah) il ne répond pas à l interphone (yeah baby roll over yeah), j ai peur qu il soit coincé dans sa chaise (yeah bab’) sans pouvoir se lever (yeaaaaah) à cause de ses rhumatismes (yeah) 🙂

  5. Bravo Pierre-Léon pour cette formidable aventure. Allez, je peux le dire, j’étais pour que tu tu ramènes le Prix dans ton taxi.En parlant de taxi, la citation que l’on ressort de mon roman est toujours celle-ci. Je devais te la donner à lire.« L’amour, c’est comme un taxi, s’il ne s’arrête pas et qu’on lui court après, c’est qu’il est déjà pris. Pour l’attraper, il faut simplement savoir l’attendre au bon endroit. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s