Petite vite

Les quatre parlent en même temps et sont déchaînés. Ils me demandent de les amener à un petit hôtel sur Saint-Denis. Ce n’est pas très loin, mais la Catherine est envahi par les taxis qui attendent en double et je vais devoir me battre pour l’espace. Pour le moins pompette, une des filles me dit sans nuance que tous les chauffeurs de taxi conduisent mal. Ça n’en prend pas plus pour que les trois autres s’en mêlent en me sortant toute une liste de préjugés. Ils s’amusent à mes dépens et je n’en fais pas trop de cas. Je vois bien qu’ils sont venus en ville pour triper et je ris avec eux. Devant le club de danseurs nus 281, quatre taxis attendent stoppés en double. J’en profite pour changer de voie et monter le son de la radio. Le type assis à côté de moi décide de le remonter encore plus sans me demander. D’un signe de la tête, je lui fais savoir que c’est OK, je me remets dans la voie de droite et accélère juste ce qu’il faut pour passer sur la jaune au coin d’Hôtel de Ville. Je dépasse ensuite quelques autos en changeant encore de voies, passe sur une rouge pâle au coin de Sanguinet, coupe une petite Honda modifiée et accélère de nouveau pour pouvoir prendre la lumière de Saint-Denis. Il y a une file dans la voie de droite qui attend pour tourner. Je continue dans la voie du centre et tourne au dernier moment en dépassant tout le monde et poursuis ma course jusque devant l’hôtel où je freine en bloquant les roues. Je baisse le son de la radio et me retourne en souriant vers la pompette qui ne trouve plus rien à dire. Le type à côté de moi me paye généreusement et unanimement le groupe me proclame le meilleur chauffeur en ville. De zéro à héros en moins de cinq minutes.

Publicités

21 réflexions sur “Petite vite

  1. Sans vouloir être de mauvaise foie. Combien de personne on vu les préjugés confirmé pendant que vous les dépassiés par la droite ? C’est ben beau faire la barbe a quatre saoulons, mais les gestes c’est d’abord la raison pour laquelle ils vous l’ont dit en premier lieux.

  2. Le taxi la nuit faut le faire je t’ai dans mes blogs préférés et J’aquièce pour le salon etc…Tu me fait penser a mon père 14 ans de taxis a Montréal, pis pas mal de parties de pool sur Beaubien a son ti resto de patate, J’ai aussi mon bloghttp://chezreal.blogspot.com/Salut bien a toi et tes blogers.

  3. Je suis content que tu aies eu à leur fermer le caquet à ces trois demoiselles par un peu trop provocantes. Heureusement que le sol était encore sec cette nuit-là… Avec ce qui tombe présentement, le héro aurait risqué de prendre quelques jours de congé, et la voiture aussi… en finissant chez le carossier.Bonne nuit Pierre-Léon 🙂

  4. Je viens de découvrir ce blogue et je suis déjà vendue! J’ai toujours eu un grand respect pour les chauffeurs de taxis qui subissent les hauts et les bas des saoulons de la ville la nuit….Je le sais, j’ai moi-même dû faire partie des « pas drôles » de la nuit à une certaine époque…Mais aujourd’hui je suis plus calme, alors me voilà bien contente de pouvoir lire les histoires de taxis des autres et surtout celles de celui qui a la meilleure vision possible : le chauffeur!:)

  5. Préjugés, préjugés…Je pense qu’on les remarque plus quand c’est des taxis justement parce qu’ils ont ce fameux « dôme » pour les identifier.Personnellement je vois des pickles au volant régulièrement et les stats veulent que ce ne sont pas en majorité des chauffeurs de taxi… Mais quand on se fait couper par un taxi, c’est donc pas long qu’on fait l’implacable lien! « Ben oui criss! C’est sûr qu’y chauffe de même, c’t’un chauffeur de taxi »……. Bien sûr! Un parmi combien?

  6. Au fait… y’a rien comme un chauffeur de taxi pour te ramener vite chez vous quand t’es rond comme un oeuf pis qu’t’as hâte d’arriver!…Mea Culpa cependant je chiale contre les chauffeurs de taxi… contre les femmes au volant… contre les cons à casquettes, contre les chauffeurs de van, contre les pépères au volant… Et ce comme tous les chialeux au volant de la planète!

  7. J’ai une reconnaissance inouïe envers ce chauffeur de taxi qui a fait des pieds et des dépassements pour me permettre d’attraper de justesse mon avion à Toronto! Moi c’est comme ça que je les aime!!Merci Pierre-Léon

  8. Anonyme, je pense que la plupart des conducteurs professionnels de la route sont pour autant responsables et savent anticiper les réactions des conducteurs qui, au fil du temps, deviendront des gestes banals, expérience oblige.En ce qui me concerne, et comme je suis moi-même chauffeur de taxi à Boucherville, je conduis normalement, c’est à dire calmement et sans énervement. Les gens de cette ville mènent un train de vie plus tranquille, plus « pépère ». Et contrairement aux conducteurs de limo, qui eux sont payés à l’heure, je suis conscient que le compteur est ma principale source de revenu ; si je veux revoir ce client, qu’il se rende à 2 minutes de chez lui, ou à l’aéroport, qu’il soit sobre ou non, je dois prendre le trajet le plus court et en toute sécurité: la mienne et celle de mes passagers.

  9. Par conséquent, même si Pierre-Léon connaissait les risques d’une telle initiative, son expérience de conduite ajoutée à sa grande connaissance de Montréal (de nuit, spécialement) l’a grandement aidé. Il savait ce qu’il faisait, à mon avis.Aurais-je fais la même chose si on avait inversé les rôles ? Je ne sais pas. Je me suis sans doute assagi avec le temps. Je suis prudent de nature et parfois, ce genre de réaction peut aussi apporter à un chauffeur de taxi des effets pervers… pour le portefeuille.

  10. Votre Blog me fait penser à « C’est beau une ville la nuit » du comédien Richard Bohringer. Je sais ça n’a pas rapport mais si. On y rencontre une faune tous plus incroyable que les autres. Certains tombent dans le cliché, d’autres nous surprennent. Et les rires même ivres. Et la vie nocturne dans ses milliers de facettes qui se rejoignent tous… à la recherche de soi parfois dans le médiocre, parfois, au hasard d’une rencontre, dans ce qu’il y a de grand. A certain moments on rencontre sa peur et on la chevauche, à d’autres on se revoit à une étape de notre vie lointaine ou tout à côté. Merci d’être là, ça me donne envie de faire du taxi… dans mes rêves. Et de revoir les films de Jim Jarmush.Canel

  11. Ce doit être assez difficile de conduire pour plaire à ses clients! On ne sait jamais ce qu’ils ont en tête. J’imagine que pour satisfaire son client, on doit conduire telle cette course folle, mais cette même conduite se mérite un tas de doigt d’honneur de la part des conducteurs voisins. Oufff… pas évident! Je lève mon chapeau à Monsieur Taxi la nuit. Pour ma part, je vais continuer à conduire des gros camions, c’est moins compliqué 😉 héhé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s