Scène de garage

— Si t’es pas content, t’as juste à t’en aller…

Le patron a attendu qu’il y ait quelques chauffeurs autour pour me le dire. Comme pour me pousser encore plus à bout, pour que j’aie l’air encore un peu plus cave. Il n’a pas eu besoin de me le dire deux fois. J’ai retiré l’argent de l’enveloppe que j’avais dans la main et j’ai déchiré cette dernière d’une manière théâtrale. Je ne voulais pas laisser de doute sur mes intentions. Je n’ai pas claqué la porte qu’il m’a montrée. J’ai tourné les pas et suis sorti du garage sans me retourner.

Pourtant, ce n’était pas grand-chose. Le chauffeur de jour était arrivé près d’une demi-heure de retard la veille et je voulais qu’il applique sa propre politique qui exige un dédommagement. Il m’a dit qu’il fallait que je comprenne que le chauffeur en question avait commencé plus tard et qu’il fallait être conciliant. Je l’aurais été volontiers si le retardataire m’avait montré un peu de bonne foi au lieu de m’insulter. Je ne répéterai pas les propos qu’il m’a tenus, mais si je les avais moi-même proférés, on m’aurait immédiatement taxé de raciste.

Le chauffeur en question arrive avec encore un peu de retard alors que je fais valoir mon point. Je fais tout pour l’ignorer. Dans le fond, je me fous complètement de ce qu’il est et j’en ai rien à branler s’il ne m’aime pas la face. Je veux juste que le patron applique son règlement. Mais ce dernier reste sur ses positions. J’y vois une sorte de favoritisme et je ne demande pas mon reste quand il me dit de partir si je ne suis pas content.

De retour vers le métro, je bouille de colère. La veille, je m’étais tapé plus de 10 heures de route pour finir avec un fabuleux 15$ dans mes poches! Je comptais sur ce vendredi pour me refaire un peu. À la place, je me retrouve sans emploi… Mettons que le timing n’était pas trop bon. Je m’apprête à déménager bientôt et pendant un mois j’aurai deux loyers qui se chevaucheront.

J’ai passé le week-end à jongler sur mon avenir et j’ai pris la décision de prendre un break pendant une couple de semaines. Question de me retourner de bord, de retrouver un véhicule ailleurs et de préparer mon déménagement.

Hier, le patron m’a téléphoné pour s’excuser de son attitude à mon égard. J’ai été vraiment surpris, car ce n’est pas le genre du bonhomme. J’avoue qu’en ce qui me concerne, j’avais déjà fait mon deuil de louer chez lui, mais je dois admettre que le fait qu’il pile sur son orgueil m’incite à faire de même. Je vais tenter de faire encore un petit bout de chemin à cet endroit. On verra où ça mènera…

Publicités

11 réflexions sur “Scène de garage

  1. Si je ne fais pas erreur c’est le même boss qui a payé un billet car un de ses chauffeurs avait conduit avec le spare.(Lajeunesse). Le chauffeur fautif savait qu’il ne serait pas remboursé pour ses heures perdues.Alors cherche ailleurs et garde ta dignité. Ses excuses sont comme des larmes de crocodile. Bonne chance.

  2. Anonyme tu croit que les écrivains québecois sont riche . Ben voyons dans quel monde vit tu ? Ça leur rapporte quelques sous de la copie vendues alors les plus riches ce sont genre Marie Laberge , Michel Tremblay etc… qui écrivent depuis plusieurs années . Donc Mr. chauffeur de taxi je vous comprends de retourner à cette compagnie après les exuses du boss tout en regardant ailleurs pour des jours meilleurs .

  3. Bonne décision mon Taximan! Qu’il se soit excusé démontre qu’il t’apprécie. Il y a des trucs pires dans la vie qu’une chicane de garage.Et puis c’est vrai que ce n’est pas le moment idéal pour se retrouver sans gagne-pain.Tout arrive à point à qui sait attendre… Nul doute que tu finiras par trouver mieux!Bon printemps!Ta fan de l’Estrie! :O)

  4. C’est sûr que je vais quand même regarder ailleurs… ;-)@Normand. Non ce n’est pas le même boss même si de manière générale les propriétaires de flottes sont plutôt interchangeables et là juste pour la piasse… @ Francine merci de me défendre mais je crois qu’anonyme faisait de l’ironie (Du moins je le souhaite! ;-))@ Contes de Fée… Merci pour ton indéfectible fanatisme! ;-))) Et pour tes bons mots…

  5. Monsieur,Je viens parfois vous lire et je trouve que vous avez une plume plus que talentueuse.Je seconde ce que Francine vous a dit. Je vous souhaite le meilleur et que vos livres aient du succès, car vous le méritez bien.Ne vous laissez pas démonter par ceux qui ont le mot « raciste » à la bouche (d’une citoyenne de Montréal-Nord)Bonne journée et Joyeuses Pâques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s