Entendre des voix

J’attends sur un poste quand j’entends la voix d’un homme sur ma droite. Pensant qu’il s’adresse à moi, je baisse le son de la radio pour pouvoir comprendre ce qu’il me veut. Le regard ailleurs, il passe devant le taxi en continuant de soliloquer des propos abscons. Je remonte le son de la radio en regardant l’homme s’éloigner. J’en fais pas trop de cas, rien de trop de bizarre dans certains racoins du Centre-Sud.

Un peu plus tard, j’ai un couple embarqué dans le Vieux-Montréal que je transporte vers Westmount en haut. Je passe vers Saint-Henri pour éviter la circulation et prends Grovesnor pour monter la côte. Au coin de Sherbrooke, on attend que le feu change. Ça nous laisse tout le temps qui faut pour observer un homme sur le coin de la rue qui ne bouge pas et qui regarde dans notre direction en se grattant la tête. Il attend que la lumière change rouge pour traverser devant nous. Ça me démange de klaxonner pour le sortir de sa stupeur, mais il semble en grande conversation avec lui-même. J’attends qu’il traverse en écoutant les commentaires sarcastiques de mes passagers qui sont à en point douter, bien au dessus de ça.

Encore plus tard, la tête dans un roman, j’attends patiemment qu’un appel me fasse bouger, quand un cri se fait entendre de l’autre côté de la rue. Il s’agit d’un homme qui gueule sa colère à qui veut l’entendre. Il tonitrue d’un bord à l’autre du boulevard et continue de vociférer en passant juste à côté de mon taxi. Une belle brochette de mots plus colorés les uns que les autres, on aurait dit du grec.

Devait y avoir de quoi dans l’eau ou dans les étoiles…

Me dis-je à voix basse…

Publicités

14 réflexions sur “Entendre des voix

  1. Je n'arrive pas à m'imaginer comment ça doit être d'être dans la tête de quelqu'un comme ça.Ils méritent notre pitié mais nous ne pouvons rien pour eux.Les traiter de sarcasme indique un esprit mesquin.

  2. C'est comme ce vieux sans-abri dans le centre-ville qui riait à s'en tordre les côtes et qui nous montrait un gros building en disant : Y en a qui disent que j'suis fou mais dans ces bâtisses-là, y en a une kriss de gang de fous !

  3. La première semaine que j'ai passée à Montréal, une dame s'est approchée de moi et m'a chuchoté "Vous avez une plume dans l'oreille". J'ai ri intérieurement et j'ai pensé qu'elle était vraiment étrange. Elle s'est approchée encore plus et m'a effectivement enlevé une plume (d'oreiller) de l'oreille. Elle a dû penser elle aussi que j'étais vraiment étrange! Question de point de vue…

  4. Vous avez une très belle plumec'est très interessant de vous suirvre dans vos parcourt de nuit.Pas facile, d'être au service du publique mais quelle belle école. TROLLhttp://blogs-fx.com/troll/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s