Soirée perdue

Ça vous est sans doute arrivé de vous réveiller en sachant pertinemment que le cadran n’avait pas sonné et en sachant tout aussi pertinemment que vous étiez en retard. Vous vous levez en catastrophe et déjà vous savez que la journée va aller de travers.

Je m’habille en vitesse et j’appelle le patron pour lui dire que je vais être en retard. Il me dit qu’il doit s’en aller, mais qu’il va laisser le taxi débarré avec les clés cachées à l’endroit habituel. Je bois un grand verre de jus d »orange et m’asperge le visage d’eau froide avant de partir.

Évidemment, l’autobus qui arrive en retard est bondé et je dois me faufiler dans l’allée en balbutiant des excuses. À l’heure qu’il est, ma face pas rasée de gars qui vient de se lever ne cadre pas trop dans le paysage des faces fatiguées qui viennent de finir leurs journées. Le trajet est interminable, je me fais marcher sur les pieds une couple de fois, un ado me frappe avec son sac à dos, le chauffeur à cran freine comme un débutant et je dois me taper l’haleine fétide d’un autre passager qui expire bruyamment son inconfort. Un trajet d’autobus typique quoi.

J’arrive enfin à destination pour découvrir un véhicule tellement sale, qu’il faut que je passe au lave-auto si je veux éviter qu’on me colle une contravention. J’en profite pour me prendre un petit dèj à la Pétro, rien de tel pour te blinder l’estomac. Évidemment, il y a trois voitures qui attendent devant moi. Au point où j’en suis, ce n’est pas 10-15 minutes de plus ou de moins qui vont faire une différence.

Je trouve ensuite une place en avant du métro Laurier sur Gilford. C’est rare qu’il y ait de la place, ça doit vouloir dire que c’est occupé. C’est sans compter sur Murphy qui me dicte sa loi depuis que j’ai ouvert les yeux. Mon café a eu le temps de tiédir quand j’arrive premier sur le poste. C’est alors que je vois une dame en jaquette et en pantoufles. Elle est loin devant, mais je sais déjà qu’elle s’en vient vers moi, c’est inéluctable. Je plonge mon nez dans un livre que je fais semblant de lire quand la madame frappe à ma fenêtre.

C’est une femme qui a dû être belle il y a longtemps. Ses cheveux dont la repousse va jusqu’aux joues sont aussi sales que sa jaquette de flanelle. Elle n’a pas besoin de s’approcher outre mesure pour que je sente l’odeur de rance et d’alcool qu’elle traîne avec elle.

— Ce serait pour une petite commande.

Sans me laisser le temps d’intervenir, elle continue.

— Ma soeur s’en vient de l’Abitibi, j’aurais besoin d’un 26 onces de gros gin, un 1.5 litre de Molson forte pis si vous voulez me rajouter une petite sandwich aux oeufs, ce serait parfait. Je vous donne 20 dollars c’est tu correct?

Je pense au fabuleux festin qui attend sa soeur et refuse le plus poliment possible. Je me sens un peu coupable quand je la vois se faire revirer de bord par les deux autres taxis derrière moi, mais je préfère me sentir coupable que de sentir la vieille jaquette tout le reste de la soirée.

Ensuite, les courses vont se faire attendre. C’est le milieu de la semaine, le rush de fin de session, il ne fait pas chaud, le monde économise pour les fêtes, en fait toutes les raisons sont bonnes pour expliquer ce marasme.

Il est presque minuit quand j’embarque enfin un client qui va me faire rouler plus de 10 minutes. Après quelques banalités d’usage sur la température, la conversation s’éteint rapidement. Je monte le son de la radio pour éviter qu’elle se rallume. Je n’ai pas la tête à parler encore une fois de l’hiver qui s’en vient, le joyeux temps des fêtes, j’suis déjà tanné, la magie n’est plus ce qu’elle était.

C’est après l’avoir déposé que je me fais coller par un véhicule qui me semble être du ministère des transports. Murphy’s strike again! Ouate de phoque maintenant?

— Bonsoir monsieur, je vais vous demander vos papiers, c’est à vous le véhicule?

— Non je le loue, mais c’est pourquoi que vous m’arrêter?

— Vous avez tourné à un endroit qui est seulement permis aux autobus.

— J’ai bien vu le panneau. J’ai aussi vu celui qui indique 7h-22h.

— Ah oui? Y’a ça là?

L’agent qui semble pris au dépourvu regarde sa montre pour vérifier l’heure. Il ne semble pas être sûr, mais part quand même avec mes papiers. Il revient moins d’une minute après en me disant qu’il va falloir qu’il aille vérifier sur le coin en question.

— Inquiétez-vous pas, vous aurez pas de ticket si ce que vous dites est vrai. Je vous souhaite une bonne fin de soirée.

Une bonne fin de soirée mon cul ouais! J’attends qu’il me passe et me mets dans son sillage. Je note les coordonnées du véhicule et vais ensuite sur le coin en question pour photographier le panneau en question. Mieux vaut le poser que de tomber dedans, me suis-je dit.

Par la suite, je n’ai pas demandé mon reste. Le taxi n’était pas tout à fait payé, mais de la manière que ça allait, je me suis dit que ça ne serait pas une mauvaise idée de finir ça là. J’suis allé mettre du gaz, j’ai ramené le taxi et j’ai pris le dernier autobus pour rentrer chez moi.

L’autobus était vide, un peu comme moi.

Publicités

10 réflexions sur “Soirée perdue

  1. y a rien qui arrête ton écriture Pierre-Léon, pas même une soirée perdue. Dors bien là.ps : pis j'me demaned aussi comment ça se fait que toutes les années que j'ai habité proche du métro laurier, je n'ai jamais rencontré la vieille en jaquette; comme quoi, il y a vraiment des mondes parallèles. bises x

  2. Y'a des journées comme ça où on se dit que la couverture a été la plus belle chose à avoir été inventée et qu'il aurait mieux valu s'y vautrer plutôt que de pointer le bout du nez dehors. Heureusement, ces journées-là nous permettent de mieux apprécier les lendemains qui sont souvent plus agréables !

  3. Lorsque j'ai une telle journée, et oui on en a tous, je me dis à maintes reprises que j'ai été la plus tarte des tartes de m'énerver ce matin là pour me dépêcher à commencer une journée si merdique. Je me promets alors que la prochaine fois que je me réveille en retard, je reste au lit, prends mon temps pour me rendre au boulot et m'engage à arriver de bonne heure le lendemain. C'est tellement mieux pour le moral que de se sentir retardée toute la journée :).

  4. Vraiment pas évident comme métier, et dire que tu as ce tel talent d'écriture ! Si l'écriture était justement payé tu pourrais laisser ce bourbier de métier, pour notre plus grand bonheur !zoz

  5. Je te comprend tellement, l'autre soir je revenais du travail quand je me suis assise sur un siège du bus et malheureusement c'est juste devant mon siège qu'un homme puant l'alcool est venu se poster debout. je croyais que j'allais asphyxier tellement il puait le fond de tonne…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s