Petite brise d’été

J’attends depuis plusieurs minutes un appel qui me fera quitter l’endroit où je me trouve.
J’ai l’esprit qui surfe sur un vague à l’âme assis dans mon taxi parqué sur un poste de Saint-Henri Beach.
C’est peut-être la chaleur, c’est peut-être le goût d’être ailleurs. Un petit spleen de début de soirée. Rien de sérieux. Je ne m’inquiète pas.
La soirée qui s’en vient va me confronter avec mon lot de paumés de toutes sortes. Quand on se compare, on se console à ce qu’il paraît.

J’observe les gens qui déambulent sur le trottoir d’en face et essaie d’imaginer ce que peut être leur vie ou juste leur journée. Souvent, l’une ressemble à l’autre.

Une vieille femme qui marche péniblement à l’aide d’une canne s’en vient lentement. À sa rencontre un père tenant son jeune fils par la main. Il vient de lui acheter un cornet que le gamin lèche goulûment en s’en mettant partout. Quand ils arrivent tout près de la pauvre femme qui traîne de la patte, celle-ci s’arrête pour regarder le petit. Son visage s’illumine alors d’un sourire empli de toute la bienveillance du monde. Deux secondes de pure douceur suspendues dans le temps.

Comme une petite brise d’été…

Publicités

9 réflexions sur “Petite brise d’été

  1. Cette brise c’est probablement tout ce qui reste à cette vielle dame… Dans le rôle du père qui promène son fils, j’essaie le plus souvent possible de faire souffler ce vent sur le plus de visages possible…

  2. … et qu’est-ce qui reste à cette vieille dame ? … « tout ce qui reste » …L’éternité est dans le moment, et ça, c’est le cadeau que la vie fait aux vieilles dames qui pensent à autre chose qu’aux heures comptées ou à leur dernière liposucion. Ce « tout ce qui rest », c’est du tout ce qui vaut.

  3. Douce histoire.Je vois souvent des vieilles s’arrêter au passage de personnes plus jeunes qu’elles, comme si un bout de leur longue histoire repassait dans le présent, à une époque de leur vie où elles n’auraient jamais pu s’imaginer être encore en vie. C’est l’histoire d’une vie qu’on voit dans leurs yeux. L’histoire d’une vie où le mal a été oublier pour laisser plus de place à leur bonheur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s